Fiche dissertation n°1 – Introduire et conclure

Comme pour le commentaire, l'introduction et la conclusion d'une dissertation sont des moments importants qu'il convient de soigner. Vous devrez les rédiger au brouillon, après avoir élaboré un plan détaillé.

Exemple de sujet : La vision d'une pièce de théâtre sur support audiovisuel (DVD, cinéma...) peut-elle se substituer au fait d'assister réellement à la représentation ?

I- L'introduction ( un seul § ) comprend quatre étapes majeures :
a- Une brève entrée en matière : après analyse du sujet, on peut introduire la dissertation par une remarque originale et pertinente, un paradoxe, une question, une hypothèse ou une très courte citation. Il faut éviter les formules trop banales telles que « depuis l'Antiquité » et « de tout temps, les hommes »…
b- La présentation du sujet : on relie la phrase d'amorce au sujet par une formule adéquate : «Ainsi on considère... » ou «Ainsi, on peut se demander si... ». Si le sujet est court, on le cite en entier sans rien modifier (excepté les consignes qui s'adressent directement à l'élève) ; s'il est long, on retient les passages clefs et on reformule en condensant ce qui est moins important. Si le sujet s'appuie sur une citation d'auteur, on doit la citer entre guillemets et rappeler sa source.
c- L'analyse du sujet et sa problématique : on analyse brièvement le sujet puis on énonce la problématique.
d- Une annonce claire et concise du plan : elle doit permettre au lecteur de comprendre la progression de votre argumentation. L'annonce doit clairement articuler les idées directrices de chaque partie (deux ou trois). Chaque idée directrice est formulée de manière concise, soit sous forme de questions, soit sous forme d'assertions, reliées par des connecteurs logiques (par exemple, « Certes », « mais », « donc »).

II- La conclusion ( un seul § ) comporte deux étapes :
a- une synthèse personnelle des réponses apportées à la problématique, en évitant les répétitions et les reprises fastidieuses (et sans répéter le sujet).
b- une ouverture du sujet sur des problématiques liées, sur des oeuvres particulièrement marquantes portant sur ce domaine ou encore sur l'actualité du sujet. L'ouverture ne doit pas être artificielle (il vaut mieux y renoncer quand on n'a pas d'idées).
Exemple d’introduction – 1 Comme tout événement, qu'il soit ou non culturel, les représentations théâtrales sont de plus en plus souvent enregistrées, archivées et par conséquent disponibles pour le public sur supports audiovisuels. 2 Devant cette relative facilité d'accès, nous pouvons nous demander si l'enregistrement « audiovisuel » d'une pièce « peut se substituer au fait d'assister réellement à sa représentation ». 3 La nature même du théâtre en tant qu'art de la scène et pratique sociale ne se trouve-t-elle pas alors mise en cause ? 4 Certes, le « film » d'une pièce semble nous offrir une image fidèle, voire objective, de la représentation élaborée par le metteur en scène ; il présente alors des avantages certains en termes d'accès à la culture théâtrale et en tant que support pour l'analyse. Toutefois, la dimension proprement théâtrale d'une pièce, le plaisir collectif qui l'accompagne comme le caractère unique de chaque représentation ne sont-ils pas perdus lors de sa projection filmique ?

 

Fiche n°2 -Le plan et la rédaction


Disserter c’est analyser une question et y répondre de manière argumentée en s’appuyant sur sa culture personnelle.


I- Analyser le sujet
Avant tout, il est nécessaire de cerner la question. Qu’attend-t-on de nous ? Il y a deux grand types de demande.
• Une demande de démonstration . On demande une réponse argumentée par oui ou par non à une question ou bien d’approuver ou de réfuter une affirmation : Peut-on penser que ? Etes-vous d’avis que ? C’est le cas du sujet suivant : « Peut-on ignorer le public au théâtre ». Il faut examiner rationnellement deux thèses avant d’émettre un jugement personnel.
• Une demande d’explication. Il s’agit d’expliciter une notion en l’examinant sous différents angles ou de confronter des textes ou des points de vue pour montrer leur convergence et leur divergence. Exemple : « Comment les objets sont-ils utilisés au théâtre ? ». Ce type de question peut être complété par une demande de jugement personnel.

II- Choisir le plan en fonction du sujet - Deux types de sujets apparaissent généralement.
• Si le sujet invite au débat, à la discussion, on choisit un plan qui permet de confronter plusieurs points de vue et de dépasser l’opposition : le plan dialectique.
• Si le sujet invite à définir certaines notions et à expliquer certains phénomènes, on choisit un plan qui permet de développer l’explication et d’élargir l’analyse : le plan analytique.
Le plan dialectique :
- développer dans une première partie la thèse proposée par le sujet (chercher des arguments pour étayer un point de vue avec lequel on n'est pas forcément d'accord) ;
− montrer les limites de cette thèse dans une deuxième partie (renversement argumentatif : on cherche des arguments pour la nuancer, voire la réfuter, en veillant toutefois à ne pas se contredire) ;
− essayer enfin de dépasser cette opposition dans la troisième partie en montrant que les deux points de vue envisagés ne sont pas forcément inconciliables ; élargir la réflexion en redéfinissant les termes du débat. Cette démarche consiste donc à développer une thèse, puis l'antithèse, avant de proposer une synthèse (cette synthèse n’est pas toujours nécessaire).
Le plan analytique - La réflexion suit dans ce cas le mouvement suivant :
− expliquer dans la première partie pourquoi la question se pose et comment elle se pose ;
− s'interroger sur ses implications et approfondir l'analyse ;
− élargir la réflexion en envisageant une dimension plus complexe de la question.
Ce plan revient à classer les différents aspects d'un sujet en partant de ce qui paraît le plus évident pour aller vers le plus intéressant, le plus profond.

III- Le développement comporte deux ou trois parties, chacune étant composée de deux ou trois sous-parties.
− Cette structure doit être apparente : on sépare donc le développement de l'introduction en sautant une ligne, de même qu'on saute une ligne d'une grande partie à l'autre ; on délimite chaque sous-partie par un alinéa.
− Il faut aussi faire apparaître la progression logique du raisonnement en ayant recours à des mots de liaison. Chaque argument doit s'articuler à celui qui le précède et à celui qui le suit.
- L'argument est illustré par un exemple qu'il faut commenter. Les citations sont intégrées aux phrases qui les justifient ; elles sont mises entre guillemets et accompagnées de leurs sources.

IV- Démarche
• Lisez, relisez le sujet. Repérez et soulignez les mots clés. Reformulez la problématique de façon simple, dans un langage qui vous est propre (cette reformulation apparaîtra dans l’introduction).
• Appuyez-vous sur ce qui a été vu en classe : le sujet renvoie forcément à un objet d’étude.
• N’hésitez pas à faire appel au corpus qui vous est proposé… ainsi qu’à vos connaissances personnelles. Les citations, par exemples, peuvent provenir du corpus !
• Sur le brouillon, notez les idées qui vous viennent à l’esprit. Indiquez également les titres d’œuvres que vous connaissez. Une fois ces notes prises, efforcez-vous de les classer en dégageant des idées directrices. Chaque idée devra être illustrée par des exemples.

V- Soin et présentation
L'ensemble doit être rédigé le plus lisiblement possible : pas d'abréviations, pas de numéros de parties. Les titres des parties et des sous-parties n'apparaissent pas dans la version rédigée du devoir.
− Utiliser plutôt des tournures impersonnelles (la 3e personne du singulier) et évitez un registre lyrique : on ne vous demande d’exprimer vos sentiments mais d’effectuer une analyse littéraire !
− Nuancez vos propos (conditionnel + modalisateurs « il semble que… » / « il apparaît… » / « on peut penser… »). Cela vous permettra de présenter des points de vue différents sans paraître contradictoire.
Exemple - Quelle est la fonction du théâtre ? Révéler son destin à l’homme ? l’instruire ? le divertir ? Vous répondrez à cette question en vous appuyant sur les textes du corpus, sur ceux que vous avez étudiés en classe, sur vos lectures personnelles et votre expérience de spectateur.
Analyser le sujet, c’est d’abord identifier la nature de l’intitulé : question ou citation ? On repère ensuite les mots-clés, dont on interroge le sens. On fait ensuite surgir les questions implicites qui découlent de l’énoncé du sujet.
• ici, quatre questions, la première englobant les trois suivantes.
• les mots-clés « fonction du théâtre » énoncent clairement le problème posé : Quelle est la finalité du théâtre ?
• Les autres mots clés « révéler son destin », « homme », « intruire », « divertir » orientent explicitement la réflexion.
• Je peux maintenant reformuler la problématique : « Le théâtre sert-il à donner à l’homme une connaissance de soi, à l’intruire, ou se borne-t-il à le divertir ».
• Un plan me vient naturellement à l’esprit (en principe ;-)
* le théâtre est avant tout un divertissement : il ne vise que le plaisir esthétique du spectateur.
* le théâtre est un moyen d’intruire l’homme en servant une cause extérieure (religieuse, sociale, politique, historique, morale…)
* le théâtre ouvre sur la compréhension de l’homme et du monde.